The Intouchables

A genuinely heartwarming and feel good French dramedy movie by Olivier Nakache and Éric Toledanz, the writing and directing duo, that was filled with laughters throughout. François Cluzet and Omar Sy are two wonderfully charismatic leads with excellent chemistry together lit up the screen with their irresistible personalities and infectious smiles. They are the reason this inspired-by-true-events movie worked so well despite the obvious dramatisation and inauthenticity of certain scenes, coupled with a stereotypical look at racial segregation. But leaving all that politics aside, we are left with a startlingly heartwarming crowd pleaser. Starting from the first scene we are hooked. The prologue introduces the leads but paint them vaguely to intrigue the audience and tease about their relationship and how they got there. They and the excellent supporting cast (in particular Audrey Fleurot and Anne Le Ny) really brought the audience into the lives, and it's very rare to see a cast that seemed so comfortable and natural amongst each other. Also rare are the many genuinely laugh out moments that pepper the movie from start to end, and not one was due to physical comedy or slapstick. The jokes parried from one actor to another fluidly. Kudos to the writers/directors and cast for that! The directors too made good choices of music, with selections ranging from Classicals to Ludovico Einaudi's evocative "Fly" and other emotive piano tracks (reminiscence of Michael Nyman's "The Heart Asks Pleasure First" and Sia's "Breathe") to Earth, Wind and Fire's hits, and any movie that used Nina Simone's "Feeling Good" so effectively and appropriately definitely deserves a shout out and recognition (although nothing beats "Six Feet Under" haunting utilisation of this tune). The weakest links were the threads involving Sy's family and Cluzet's daughter, although the latter did try to serve as a reflection of sorts. Thankfully this movie steered clear of the cheesy schmaltzy cliches that tend to plague this genre. A definite winner and crowd pleaser that almost everybody would enjoy.

<En français par Google Translate> Un véritable sentiment réconfortant et bon film comédie dramatique française par Olivier Nakache et Éric Toledanz, le duo écriture et la réalisation, qui était remplie de rires tout au long. François Cluzet et Omar Sy sont deux fils merveilleusement charismatiques avec excellente chimie ainsi illuminé l'écran avec leurs personnalités et des sourires irrésistibles infectieuses. Ils sont la raison pour laquelle ce film inspiré par de véritables événements-a si bien fonctionné malgré la dramatisation évidente et l'inauthenticité de certaines scènes, couplé avec un regard stéréotypé à la ségrégation raciale. Mais en laissant de côté tous que la politique, on se retrouve avec un pleaser de foule étonnamment chaud au coeur. A partir de la première scène nous sommes devenus accros. Le prologue introduit les fils, mais les peindre vaguement à intriguer le public et taquiner au sujet de leur relation et comment ils sont arrivés là. Ils et l'excellent casting de soutien (en particulier Audrey Fleurot et Anne Le Ny) a vraiment fait le spectateur dans la vie, et il est très rare de voir un casting qui semblait si confortable et naturelle entre eux. Aussi rares sont les nombreux moments vraiment rire que le poivre le film du début à la fin, et pas un seul était due à la comédie physique ou burlesque. Les blagues paré d'un acteur à un autre fluide. Bravo aux auteurs / réalisateurs et fonte pour ça! Les administrateurs trop fait de bons choix de la musique, avec des sélections allant de Classiques de Ludovico Einaudi évocateur "Fly" et d'autres pistes de piano émotives (réminiscence de Michael Nyman "The Heart Asks Pleasure First" et Sia's "Breathe") de Earth, Wind et frappe Feu, et n'importe quel film celle utilisée Nina Simone "Feeling Good" de manière efficace et appropriée mérite certainement un cri de reconnaissance et d'(bien que rien ne vaut "Six Feet Under" utilisation de cette mélodie obsédante). Les maillons les plus faibles étaient les fils impliquant la famille Sy et la fille de François Cluzet, bien que celui-ci a essayé de servir en tant que reflet de toutes sortes. Heureusement, ce film réussi à éviter les clichés ringards eau de rose qui ont tendance à toucher ce genre. Un vainqueur définitif et pleaser de foule que presque tout le monde apprécierait.

Comments

Popular posts from this blog

Moonlight

Hidden Figures

Battle of the Sexes